Actualités

Voici , un extrait d'un article de la revue Plaisir de peindre d'octobre 2003 : cliquez sur l'article pour l'agrandir :

 

Visages à croquerVisages à croquer 2

Actuellement , j'ai envie de peindre mon fils de 4 ans .

Ceci fait suite à une anectode : au retour d'une exposition ( le salon d'art d'Issoudun ) , j'avais ramené des toiles représentant des animaux d'un ami . Mon fils de 4 ans m'a dit :"c'est pas comme toi , le monsieur il sait peindre" .

Ceci m'a vexé . Alors , je me suis remis à peindre mes enfants comme je le faisais voilà 10 ans …

 

Voici , un article du journal la République du Centre , de Mai 2003 : cliquez sur l'article pour l'agrandir :

St Cyr

Voici , un article du journal la République du Centre , de 2004 : cliquez sur l'article pour l'agrandir :

Jour

 

Au premier trimestre 2014 , voici l'inspiration de mon travail :

Je me sers de la Loire comme autobiographie.
Ma vie est ligérienne : naissance à Orléans, étude à Orléans et Tours , noces à Combleux ,service militaire à Orléans au 28 régiment de transmissions,naissance de mes enfants à Orléans et Saint-Jean de Braye et j'habite face à la Loire…

Mon travail sur la Loire s'articule avec mon travail antérieur.
La Loire comme palimpseste : où les couches de sable s'accumulent, se stratifient;courant du fleuve, courant de la vie qui balayent certains souvenirs , mais laissent à jamais certains rochers ,certaines douleurs.
La Loire comme un cahier : où chacun laisse ses écrits souvent illisibles:traces des animaux ,des jeux d'enfants , des feux de joie, des amoureux…
Phobie/amour de la Loire : anxiété face au courant hivernal violent ,face à la levée (la levée comme un mur séparant 2 mondes) où donne la fenêtre de mon atelier et amour de ce sable chaud estival.

J'écris sur la Loire et transforme ces écrits en langage pictural.
Mes écrits ligériens  et leurs influences picturales :

  • La Loire l'été : « la Loire déshabillée qui laisse apparaître le sable chaud .
  • La Loire laissant les flaques d'eau , des croissants d'or .
  • La Loire sanguinaire des vikings. »

J'ai besoin de laisser du jaune, du rouge ; je ne peux m'affranchir de ces couleurs, base de mon travail antérieur.

  • Sur le pont de Jargeau : « la vie ,un passage, une mélodie  ,comme une portée, comme un pont entre 2 rives entre le soleil qui brûle la peau de l'enfance et le soleil de l'éternité qui nous attend ».
     

Il faut que des gestes ,des écritures traversent mes toiles.

  • Le sable de Loire (1) :  « le souvenir du sable chaud qui colle à la peau;la chaleur ; mais de cette mer de sable,il faut des troncs , des rochers, cela rassure sinon on est enfoui  » ;

Je ne peux m'affranchir de traits verticaux dans mes toiles.

  • Le sable de Loire(2) : «  sable qui brûle qui comme des sables mouvants engloutissent les souvenirs.
  • Mais des rochers résistent .Des souvenirs effleurent.
  • Ce sable se déroule comme le livre de la vie.
  • Le sable, la vie, l'âme qui se rattache à la vie, au corps, à la matérialité ,la rive . »

Dans mes toiles les écrits persistent , des amas de plâtre les parcellent comme des bancs de sable.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.